16

Oct

Classement des plâtres dentaires : comment faire le bon choix

Le plâtre dentaire, c’est-à-dire le sulfate de calcium, est un des matériaux les plus largement utilisés dans le secteur dentaire. Son utilisation ne se limite pas au développement des empreintes des arcades dentaires : il est en effet employé lors de nombreuses phases, comme le blocage des modèles dans l’articulateur et la création de moufles.

C’est justement la diversité d’application de ce matériau dans le secteur dentaire qui justifie les différentes formulations de plâtre, chacun présentant des caractéristiques, pour une adaptation à chaque phase de laboratoire.

Le plâtre est un matériau présent dans la nature qui est soumis à des processus de pulvérisation et calcification avant d’être commercialisé sous forme de poudre qui, une fois mélangée à de l’eau, forme un mélange malléable pendant quelque temps, qui se solidifie peu après avoir pris la forme souhaitée.

Pour obtenir des modèles de qualité, la plus grande précision est nécessaire durant les phases de travail il faut notamment respecter les rapports liquide-poudre indiqués par les entreprises de production, les temps et les modalités de mélange, afin d’éviter l’air qui mènerait à la formation de bulles. C’est pendant le mélange qu’a lieu la réaction de prise, et sa durée définit le temps de prise.

Types de plâtres

Selon les processus que le plâtre subit avant d’être commercialisé, on obtient des caractéristiques distinctives qui nécessitent des quantités d’eau différentes durant la phase de mélange et qui en permettent le classement en 5 types.

  • Type I/II – Plâtre tendre pour empreintes
  • Type III – Plâtre tendre
  • Type IV – Plâtre dur pour modèles
  • Type V – Plâtre extradur pour modèles

En descendant dans le tableau, le temps de prise du plâtre diminue, ainsi que la quantité d’eau nécessaire pour la même quantité de poudre et ainsi que le pourcentage d’expansion de prise. Par conséquent, ce qui augmente, ce sont la dureté des plâtres et leur capacité de garder fidèlement au fil du temps les détails reproduits.

Différences entre les typologies de plâtre

Le choix du type de plâtre est dicté par la situation à laquelle il va être appliqué. Les plâtres de types I et II sont beaucoup tendres et peuvent être considérés comme des matériaux d’empreinte clinique, plutôt que de laboratoire.

Pour développer un modèle, il est possible de vouloir obtenir un modèle unitaire, ou un modèle divisible. Dans le premier cas, on utilisera plutôt les plâtres de type III ou IV. Le type III est notamment utilisé pour les duplications, tandis que le IV sert à réaliser des modèles en cire, moulages de plaques, provisoires.

Le plâtre de type IV, comme par exemple Elite Rock, doit sa popularité à sa simplicité d’utilisation, à sa prise relativement rapide et à sa reproduction des détails soignée. En plus du détail et de la présence d’une surface lisse et homogène, il est important de rechercher une dureté adéquate.

Le plâtre est en effet soumis à une manipulation constante et à des contraintes qui pourraient en fragiliser l’intégrité. Il serait opportun de garder en bon état les modèles jusqu’au terme du programme de soin, car ils représentent un instrument utile dans l’évaluation de l’état antérieur du patient.

Le plâtre de type V est employé dans les conditions nécessitant une stabilité dimensionnelle particulière et de la résistance. Le choix du type de plâtre est crucial et représente une étape essentielle pour permettre le bon déroulement de certaines phases cliniques et de laboratoire.


Voulez-vous plus d'informations sur le gypse Zhermack?

Aller au catalogue